lundi 4 novembre 2013

La peau des rêves

Même si j'ai un avis plus que mitigé, je pense sincèrement que ces livres peuvent plaire. Ils ne sont pas trop mon genre, je les ai lus car j’avais gagné le troisième tome, mais je ne lis jamais de romance, et c’est ce que c’est au final.

Résumé de l'éditeur :

Nuit tatouéeDans les ruines de la Sagrada Familia, Najma, une gitane aux pouvoirs mystérieux, est prisonnière du clan d'Itzan. Pour gagner du temps et retarder son exécution, elle utilise la magie de ses tatouages et raconte des histoires qui prennent vie. Mais qui est-elle ? Pourquoi usurpe-t-elle la place de la véritable cible, Ximena, la fille de l'ennemi juré d'Itzan et des siens ? Les chimères découvriront-elles sa supercherie ?

Tome 1 et 2 : Nuit tatouée et Nuit brûlée - personnage principal : Cléo / Lieu : Paris
Tome 3 et 4 : Les Chimères de l'aube et L'Aube des cendres - personnage principal : Anja / Lieu : Berlin


Je vais commencer sur les points qui m’ont plus :

Nuit brûléeLe background. On se retrouve donc sur une Terre post-apo, après un grand Cataclysme dont on apprend peu de choses car l’important se situe dans ce qu’il a engendré : le chaos. Entre les Mutants (humains parfois malformés dotés de capacités « magiques »), les Chimères (mi-humains, mi-animaux) et les Mens (les humains normaux), l’entente n’est pas aisée. Même entre deux clans, ça taille parfois sec. Bref, ça donne une ambiance toujours tendue, très sympathique.

Malgré quelques points un peu grossiers, j’ai trouvé l’univers très réussi et j’aurais aimé y lire d’autres types d’histoire que de la romance, car il est très prometteur. Les deux premiers tomes se passent en France, à Paris, et c’est assez rare pour être noté et appréciable.

L’écriture. Même si je n’apprécie pas toujours ses histoires, je ne peux nier que j’aime le style de Charlotte Bousquet. Sous ses dehors simples, il recèle une force certaine et c’est sans doute grâce à lui que je suis allée au bout de ces trois tomes et que je m’en vais lire le quatrième. 

Les chimères de l'aubePassons aux points qui pêchent selon moi, les personnages et l’histoire :
Déjà, les deux personnages que l’on suit le plus, Cléo et Anja, me sont très vite devenues insupportables. Elles sont très niaises, refusent de voir ce qui les entoure. Certes, la première a été manipulée toute son enfance et la seconde est droguée, mais ça ne les rend pas plus sympathiques pour autant. Et très fortement lié à ce défaut, j’ai trouvé les histoires extrêmement prévisibles et clichées (l’un entraînant l’autre je suppose). Par contre, j’ai bien aimé la « reprise » de la Petite Sirène dans le troisième tome.
Les personnages secondaires sont, pour certains, plutôt réussis, mais restent assez grossiers au niveau psychologie.

L'Aube des cendres
Cela dit, ça en fait des livres aisés à lire, sans prise de tête, et je dois avouer que ça reste plaisant à lire. Il y a même un côté assez addictif à la lecture, et si j’ai été un peu déçue et que les personnages me provoquent quelques grimaces sceptiques, je ne peux en nier les qualités et je recommande fortement cette saga aux amateurs et amatrices de romance ou en quête de romans courts et pas trop durs à digérer. Je ne dis pas « léger » car ce n’est pas tout rose.