dimanche 8 mars 2015

Architecture religieuse et plans au sol

Salutations !

Aujourd'hui, petit article sur les églises. Et d'abord, un petit topo :
On utilise souvent les mots église, basiliques, cathédrales... et aussi souvent à tord et à travers. Ils ne sont pas exactement synonymes ! Même si les basiliques et les cathédrales sont des églises, on va pinailler un peu si vous le voulez bien.

Logiquement, il n'y a qu'une seule cathédrale par diocèse (qu'on peut rapprocher de l’évêché, le territoire soumis à l'évêque en gros). Bien sûr, certaines ont été remplacées par de nouvelles cathédrales, mais l'ancienne perd son titre. On peut continuer à l'appeler cathédrale, mais le c(h)oeur n'y est plus. Bref. La cathédrale est le siège de l'évêque, même si ça doit être douloureux au niveau du clocher.

Les basiliques sont plus nombreuses, le nom vient de bâtiments publics de l'antiquité qui pouvait abriter le marché, des débats, etc. Surtout quand il pleuvait. Par la suite, ce sont devenu des bâtiments religieux, parfois simples églises, parfois basiliques. Alors, la basilique chrétienne ? Eh bien c'est un lieu plus symbolique : il a pu s'y produire un miracle, ou on y conserve des reliques (comme le Saint Prépuce (yeah), le crâne de Saint Jean-Baptiste enfant (quantchrist !), ou la troisième jambe de Saint Jérôme (religion alien, je le savais !)).

Après, on peut partir sur tous les couvents, les abbayes, les... mais même si c'est calme, beau reposant, on s'en passera pour cette fois. 

Plan d'une basilique au sol ; basé sur le travail de Leonce49, et celui de Lusitania et TTaylor. Auteur : Nemoi
Grosso modo, ces bâtiments religieux communs suivent des plans relativement convenus, même s'ils varient selon les époques (absence de croisée ou de narthex par exemple) ou selon la taille de l'édifice. Par exemple, la présence d'un transept n'est pas obligatoire (plan circiforme, de la forme d'une arène de cirque), ou l'église peut en posséder un (plan cruciforme, comme les tournevis). Elles ne sont pas obligées d'être en longueur, mais les plans centrés sont plutôt réservés aux chapelles, tombeaux, etc. Ils peuvent être en forme de croix grecque ou polygonaux, entre autres. 

Par exemple, le déambulatoire, qui n'est pas réservé aux personnages âgées, date du VIIIe siècle (alors que les églises chrétiennes datent de bien plus tôt, période paléochrétienne (on va dire autour des IVe-Ve siècles)). En effet, les pèlerins, de plus en plus nombreux, devenaient sacrément enquiquinants pendant les offices et créaient des embouteillages autour des reliques. Du coup, Ikea est arrivé avec ses flèches jaunes pour dire par quelles chapelles passer avant de sortir dans le bon sens : le déambulatoire était né. 

Voûte en cul-de-four de la Grande Mosquée de Kairouan (IXe siècle). Dyolf77
L'abside termine généralement le choeur, où se pratique l'office. Dans les petites églises, c'est le fond. Dans les plus grandes, elle est entourée par le fameux déambulatoire. Les absidioles sont de petites chapelles à l'extrémité de l'église, contrairement aux chapelles latérales que l'on trouve dans les collatéraux ou dans le transept. Elles peuvent être en cul-de-four ou à fond plat.



On est d'accord, ça prend plus de place
que le bénitier dans le narthex.
(photo de Georges Jansoone, baptistère de Florence)
Le narthex, ce si joli mot qui ressemble au nom d'un os, accueillait les baptêmes (même si les baptistères sont nettement plus classes pour ça).
Il est plutôt propre à l'époque paléochrétienne ou romane, il s'efface à l'époque gothique. 
Le baptistère, bâtiment indépendant dans la plupart des cas, est très à la mode jusqu'au XIIème siècle, car le baptême par immersion est remplacé par aspersion. 
Basilique Saint-Sernin de Toulouse (photo de PierreSelim)
Sur l'image ci-dessus, on distingue bien la nef centrale (en jaune sur le schéma) et les collatéraux (en bleu), à  droite et à gauche. 

On retrouve ces éléments de plans un peu à toutes les époques, contrairement aux élévations qui sont beaucoup plus liées à des époques en particulier. Ainsi, le triforium (le mot fait un peu trifouiller, mais en vrai c'est super joli) est plutôt caractéristique de l'époque gothique, tout comme les ouvertures très ajourées.
Malmesbury Abbey (photo d'Arpingstone)
J'espère que cet aparté architectural vous aura plu, et je vous donne rendez-vous pour le prochain sur les matériaux et méthodes de construction.

Bonnes lectures !

Nariel Limbaear

2 commentaires: